left arrowAccueil blog

Un projet d’avion pour relier Paris à New-York en 12 minutes

Alors qu’Airbus a déposé l’année dernière un brevet pour un avion hypersonique, un autre concept, l’Antipode, a été présenté récemment par Charles Bombardier.

Avec son avion, il ne faudrait que 12 minutes pour rejoindre New-York depuis Paris alors que l’avion imaginé par Airbus mettra une heure pour effectuer le même trajet. Comment est-ce possible ? En le faisant voler à Mach 24, soit une vitesse de 20 000 km/h (dix fois plus vite que la vitesse du Concorde).

Pour atteindre cette vitesse, les ailes de l’Antipode seraient équipées de propulseurs qui permettrait à l’avion d’atteindre 40.000 pieds et la vitesse de Mach 5. Une fois cette altitude de croisière atteinte, les propulseurs se détacheraient pour laisser place au moteur supersonique pour atteindre Mach 24. Si seulement une dizaine de minutes serait désormais nécessaire pour rejoindre New-York depuis Paris, les temps de parcours vers des points plus éloignés ne dépasseraient pas l’heure. Ci-après, une estimation des temps de parcours envisagé avec cet avion pour rejoindre plusieurs villes depuis New-York.

  • New York – London : 11 minutes
  • New York – Paris : 12 minutes
  • New York – Tokyo : 22 minutes
  • New York – Dubai : 22 minutes
  • New York – Shanghai : 24 minutes
  • New York – Hong Kong : 26 minutes
  • New York – Sydney : 32 minutes


 

Un défi technologique

Si le projet devait voir le jour, il se heurterait à quelques défis techniques/technologiques comme le souligne le petit-fils du fondateur de l’entreprise Bombardier : « je ne suis pas certain que les matériaux qui soient capables de supporter la température, la pression et l’effort sur la structure aient été inventés ».

Cependant, pour l’aider à concevoir son appareil, et à résoudre les problèmes de chaleur et de bang sonique, Bombardier s’est entouré de Joseph Hazeltine, ingénieur chez Wyse, qui fournit un appui technique à la fois à la NASA et au Département de la Défense des États-Unis. Afin de contrôler la chaleur et d’étouffer le bruit de l’appareil, Joseph Hazeltine a suggéré l’utilisation d’une technique aérodynamique appelée « long penetration mode » (LPM), qui permettrait d’utiliser une buse sur le nez de l’avion et qui soufflerait de l’air pour refroidir la température de l’avion tout en étouffant le bruit de l’appareil.

L’appareil serait commercialisé à 150 millions de dollars et aurait la capacité de transporter une dizaine de personnes en moins d’une heure pour rejoindre deux villes placées aux antipodes.

Crédit Photo : Capture d’écran vidéo

Tags:

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2816 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *