left arrowAccueil blog

SNCF fait le bilan de ses 12 lignes considérées comme « malades »

SNCF fait le bilan de ses 12 lignes considérées comme malades

En 2011, la SNCF avait établi une liste de 12 lignes malades qui devaient bénéficier d’un « plan de renforcement de la qualité de service » suite à l’incident sur le trajet Strasbourg-Port Bou. Les voyageurs avaient mis plus de 26 heures à rejoindre la gare d’arrivée au lieu des 11 heures habituelles. Trois ans après la mise en place de ce plan qui visait à améliorer la régularité des trains, la SNCF fait le bilan.

 

Intercités et TER : des lignes malades en progrès

En 2011, la SNCF avait ciblé les lignes Intercités et TER et TGV suivantes comme malades : Paris-Clermont, Paris-Caen-Cherbourg, Paris-Orléans-Tours, Paris-Amiens-Boulogne, Paris-Chartres-Le Mans, Lyon-Ambérieu-Grenoble-Dijon, Nîmes-Perpignan.

Alain Krakovitch, Directeur Général Sécurité et Qualité de Service Ferroviaire, a indiqué que toutes ces lignes étaient en nettes progrès au niveau de la régularité des trains depuis la mise en place du plan de renforcement de la qualité de service.

Du côté des Intercités, la ligne Paris-Clermont a progressé de près de 5,7 points de régularité en 3 ans, celle de Paris-Caen-Cherbourg de 4,5 points tandis que la ligne Paris-Orléans-Tours augmente sa régularité de 3,4 points. Seule la ligne Paris-Amiens-Boulogne progresse moins vite avec une augmentation de sa régualarité de 1,6 point entre 2010 et 2013.

Les Intercités de nuit quant à eux sont 88,4% à arriver avec moins de 10 minutes de retard en 2013 contre 83,4% en 2010.

Pour les TER, Alain Krakovitvh arbore le même enthousiasme que pour les lignes Intercités. Les lignes qui étaient considérées comme malades ont toutes progressé de 1,6 points de moyenn. Petit point noir malgré tout pour le trajet Lyon-Ambérieu-Grenoble-Dijon qui reste en dessous de 85% de train à l’heure.

 

« TGV malades » : des améliorations mais toujours en retrait par rapport à la moyenne

La SNCF avait détecté en 2011 deux lignes TGV problématiques sur l’axe TGV Atlantique : Paris-Le Mans et Paris-Tours. Selon les résultats rendus publiques par la compagnie ferroviaire, chacune de ses lignes a nettement amélioré sa ponctualité entre 2010 et 2013. Malgré tout, ces deux lignes restent en dessous de près de 3 points de la moyenne de ponctualité des autres lignes TGV en 2013 qui est de 90,3%.

 

Deux lignes se sont dégradées : le RER A et le RER D

Alors que les résultats sont plutôt encourageants pour les autres lignes malades, le constat est différent en région parisienne. Ainsi, le RER A et le RER D ont vu leur ponctualité se dégrader entre 2010 et 2013. La ligne A n’atteignait que 82,5% de régularité en 2013 (perte de 0,5 point en 3 ans) et la ligne D n’avait que 83,1% des trains à l’heure l’année passée (perte de 3,3 points).

La SNCF indique que cela est dû pour la ligne A à la saturation de la ligne que la compagnie ferroviaire gère avec la RATP. Pour la ligne D, la régularité devrait s’améliorer grâce aux travaux engagés depuis le 15 décembre. Les résultats sont déjà visibles selon Alain Krakovitch.

La Ligne N du Transilien est le point de satisfaction des lignes malades de la région parisienne. Entre 2010 et 2013, la régularité des trains a été améliorée de 8 point pour atteindre 94,4% de trains à l’heure.

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2596 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *