left arrowAccueil blog

Ryanair : non, votre billet vers les États-Unis ne vous reviendra pas à moins de 10€ !

Ryanair : non, votre billet vers les États-Unis ne vous reviendra pas à moins de 10€ !

Michael O’Leary, patron de Ryanair, vient une nouvelle fois de faire une annonce largement relayée. Le sulfureux patron de la compagnie low-cost voudrait lancer des vols vers les États-Unis à moins de 10€. Mais paierez-vous vraiment votre voyage à ce prix-là ?

 

Bagages, restauration, choix du siège : services payants

Le prix de 10€ annoncé par Ryanair correspond au prix nu du billet, c’est-à-dire que ce prix ne comprend aucun service ni les frais afférents à votre réservation.

Si vous voulez emporter un bagage autre qu’un simple bagage à main, pouvoir choisir votre siège, vous restaurer ou encore voyager avec un nourrisson et emporter poussette, lit parapluie ou rehausseur, il faudra sortir la carte bleue puisque tous les services sont payants.

  • Bagages en soute : de 15€ (bagage de moins de 15kg réservé en ligne) à 75€ (bagage de moins de 20kg réservé à l’aéroport) par passager. Rajoutez 10€ par kilo supplémentaire
  • Choix du siège : 5€ par passager
  • Voyage avec un nourrisson (de 8 jours à 23 mois inclus) : 30€ le billet et rajoutez 30€ par objet pour le nourrisson que vous emporteriez avec vous (lit parapluie, poussette ou rehausseur)
  • Frais de carte de crédit : 2% du montant de la réservation

Le prix de votre billet pourrait aussi augmenter si vous ne faites pas attention à l’assurance qui s’ajoute lors du processus de réservation si vous ne choisissez pas « Ne pas prendre d’assurance ».

 

Aucune taxe aérienne ?

Les compagnies aériennes et les aéroports appliquent différentes taxes et frais afin de financer différentes dépenses et structures. Ces taxes et frais se répercutent sur le prix de votre billet. Avec un billet à 10€, cela voudrait dire que Ryanair n’applique aucune taxe. Difficile à croire. Parmi les taxes généralement appliquées, nous trouvons celles présentées ci-dessous :

  • La redevance passager perçue par l’aéroport au titre de l’utilisation de ses aérogares par le passager.
  • La taxe aéroport
  • La surcharge compagnie aérienne pour compenser l’augmentation du prix du pétrole
  • La taxe aviation civile qui finance le fonctionnement de l’administration de l’aviation civile
  • La taxe sûreté sécurité environnement qui permet de financer tout ce qui est lié au contrôle des passagers et des bagages

Habituellement, les frais et taxes aéroportuaires représentent au minimum 1/3 du prix d’un billet d’avion. Si le prix du billet annoncé par Ryanair ne prend pas en compte ces taxes, il faudra donc rajouter cela à la facture.

 

Quel coût pour rejoindre le centre-ville ?

O’Leary a annoncé que 15 villes européennes pourraient être reliées directement à 15 grandes villes américaines. Mais dans quels aéroports atterriront les passagers sur le sol américain ? En effet, Ryanair est connue pour implanter sa flotte dans des aéroports excentrés pour payer moins de taxe. Il faut donc prendre en compte le prix du trajet entre l’aéroport et le centre-ville lors de l’estimation du prix total du voyage.

 

Combien de billets à 10€ ?

C’est la grande question ! Si Ryanair applique ce tarif, combien de sièges en bénéficieront. Il est impensable que la compagnie alloue un nombre important de sièges à ce prix si elle veut que ses trajets soient rentables. Ce que confirme, le patron de la compagnie low-cost : « Tous les sièges ne seront pas à 10 euros, bien sûr, il y aura aussi besoin d’un nombre très important de sièges business ou premium ». Il est donc vraisemblable que le manque à gagner sur les billets à 10€ soit transféré sur le prix des billets en business et premium.

Cette annonce sent une nouvelle fois le gros coup de pub gratuit pour Ryanair puisque l’année dernière O’Leary indiquait au journal The Independent : « Je pense qu’il ne sera jamais envisagé que Ryanair rentre sur le marché du long-courrier. Le long-courrier pour nous est de voler vers les Canaries ou la Grèce pour le moment. » Il faudra désormais attendre 4 à 5 ans pour voir si Ryanair applique la stratégie annoncée.

Sources : La Tribune, Le Figaro, Le Point, Ministère du Transport, April International – Crédit Photo : Raboe001

Tags:

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2596 articles sur le blog de KelBillet.

Un commentaire

  1. malengreaux dit :

    bonjour
    je me déplace toujours en covoiturage en train et surtout en avion pour aller travailler et bien sur je regarde toujours vos propositions
    encore merci
    Nadi Malengreaux

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *