left arrowAccueil blog

Développement de OUIGO, retards, nombre de passagers : le point sur l’année 2018 pour le secteur du train

L’ARAFER a publié son bilan du marché du transport ferroviaire de voyageurs pour l’année 2018. On fait le point sur les chiffres clés à retenir.

 

1,35 milliard de passagers transportés en 2018

L’année dernière, 1,35 milliard de passagers ont pris place à bord d’un train. Une fréquentation qui est en baisse de 4,8% par rapport à 2017 et qui s’explique notamment par les grèves qui ont émaillé l’année 2018 (voir ci-après).

Quotidiennement, ce sont 3,7 millions de personnes qui ont circulé sur le réseau ferroviaire français dont la grande majorité à bord des trains du quotidien (TER et Transilien), qui concentrent la majorité de la fréquentation (88,5%).

 

Un réseau très développé

Avec 28 183 kilomètres de lignes ferroviaires, la France se classe en deuxième position européenne pour la taille totale de son réseau (derrière l’Allemagne) et pour la taille de son réseau de lignes à grande vitesse (derrière l’Espagne).

Ce réseau dense a permis de desservir régulièrement 2 551 communes en 2018 dont 99,7% l’étaient par les trains du quotidien (TER ou Transilien). Du côté des trains Intercités et TGV, ce sont 205 et 173 communes qui ont été respectivement desservies en 2018. Malgré ce nombre important de communes desservies, l’ARAFER constate que la tendance à la baisse du nombre de liaisons directes continue, principalement pour les trains du quotidien.

 

L’offre OUIGO s’est fortement développée en 2018

En 2018, OUIGO a continué à étendre son réseau et a proposé aux voyageurs 12 nouvelles destinations : Antibes, Cannes, Colmar, Draguignan, Lille, Metz, Nancy, Nice, Paris Gare de l’Est, Paris Gare de Lyon, Toulon et Saint-Raphaël. L’extension de son réseau couplée à son modèle low-cost (billets à partir de 10€) rendu possible grâce à des trains de plus grande capacité, ont permis de séduire les voyageurs. En 2017, les trains OUIGO représentaient 2,9% du nombre de circulation des trains à grande vitesse. Un an plus tard, ce taux s’élevait à 5,5%.

Ainsi, OUIGO prend une part de plus en plus importante au sein de l’offre SNCF et son taux d’occupation (76%), bien meilleur que celui du TGV (67,7%), peut expliquer pourquoi la SNCF adapte parallèlement la circulation des TGV classiques. En un an, le nombre de circulations quotidiennes des trains OUIGO est passé de 20 à 34 circulations tandis que le TGV a légèrement diminué la voilure (589 départs quotidiens contre 608 en 2017).

 

Une ponctualité relativement stable pour les TGV

Alors qu’en 2017, seulement 63 000 trains avaient été supprimés, ce nombre monte à 400 000 en 2018. Cette forte augmentation est due aux grèves du printemps qui ont touché la SNCF puisque 80% des trains supprimés l’ont été lors des manifestations sociales.

Malgré les grèves, le taux de retard moyen de 2018 est relativement similaire à 2017. Tous trains confondus, le pourcentage des trains ayant un retard supérieur à 5 minutes s’élève seulement à 13%. Ce taux tombe à 2% pour les trains ayant des retards supérieurs à 30 minutes.

Si l’on s’intéresse tout particulièrement aux trains à grande vitesse, on remarque que 26% des TGV et OUIGO sont arrivés avec un retard d’au moins 5 minute à l’arrivée. Ce taux descend à 5% si l’on prend en compte les trains arrivés avec un retard supérieur à 30 minutes et qui ouvrent le droit à des compensations.

Crédit Photo : CC0 Domain Public via PxHere

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2578 articles sur le blog de KelBillet.

2 Commentaires

  1. Arnaud Beck dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre article.

    Cependant, les bilans de l’Arafer relatifs au transport ferrovaire de voyageurs ont toujours été publics et sont consultables en ligne sur le site de l’Autorité.

    Vous trouverez ci-dessous le lien:
    https://www.arafer.fr/publications-observatoire/?fwp_secteurs=train

    Vous en souhaitant bonne lecture

    • Alexandre de KelBillet Alexandre de KelBillet dit :

      Bonjour,

      Merci pour votre retour, il s’agit d’une mauvaise interprétation de ma part de l’introduction de la synthèse. Les corrections ont été appliquées.

      Bien à vous

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *