left arrowAccueil blog

SNCF : pourquoi votre train pourrait avoir du retard cet hiver ?

La semaine dernière, la France a connu son premier épisode de grand froid ce qui a entraîné des perturbations au niveau du trafic ferroviaire. Pourquoi ? A cause du givre présent sur les caténaires. En effet, en hiver, la SNCF doit faire face à la neige, au verglas et au givre et met en place son plan grand froid pour limiter les perturbations. Explications.

 

La neige et le verglas peuvent impacter votre train

Durant l’hiver, il n’est pas rare que la France soit touchée par des épisodes neigeux ou de verglas. Dans pareil cas, SNCF doit faire face à plusieurs risques :

  • Lorsque les températures extérieures sont trop basses, l’acier des rails se rétracte. Des fissures peuvent alors être constatées sur les rails et entraîner par la suite des ruptures de rails.
  • Lorsque les chutes de neige sont importantes, la neige peut obstruer les voies et l’accumulation de la neige peut également entraîner un blocage des aiguillages. Les trains ne peuvent alors plus circuler.
  • L’accumulation de la neige ou du givre autour des caténaires peut perturber le passage du courant. Lorsque c’est le cas, le trafic SNCF peut être interrompu sur certaines lignes comme ce fut le cas ce week-end.
  • Les vitres des trains peuvent être endommagées par des blocs de neiges glacées qui agissent comme des projectiles lors de la circulation du train. Les voitures endommagées sont alors immobilisées le temps d’être réparées ce qui réduit le matériel disponible en circulation.
  • En cas de neige abondante, SNCF peut décider de réduire la vitesse de circulation de ses trains. Les TGV circuleront entre 160km/h et 220 km/h au lieu de 320 km/h. Les trains Intercités et TER verront quant à eux leur vitesse réduite à 120 km/h au lieu de 160km/h. Lorsque la compagnie applique une telle mesure, des retards sont à prévoir.

 

Que fait la SNCF pour réduire ces phénomènes ?

Afin de diminuer les risques liés aux conditions climatiques, SNCF a investi plusieurs millions d’euros dans du matériel et dans des outils de surveillance. Ainsi, la compagnie dispose de 57 trains « chasse-neige » qui sont positionnés à des endroits considérés à risques. SNCF utilise également un train « racleur » afin d’éliminer la glace sur les caténaires et réduire le risque de givre. Toutes les lignes ne disposent pas de ce dispositif et la compagnie met alors en place des dégivrages électriques dans le but de réchauffer les caténaires.

Par ailleurs, SNCF équipe ses trains d’antigel et de housses de protection sur les éléments les plus sensibles du train afin d’éviter la formation de blocs de glace. Les rails font également l’objet d’une vérification accrue de la part des agents SNCF ou via des trains spéciaux.

En cas de difficulté de circulation dues à la neige, 50 gares en France peuvent accueillir les voyageurs en difficulté. La compagnie rappelle que celles-ci disposent d’importants stocks de bouteilles d’eau, repas, couvertures, …

En 2018, SNCF avait mis en place un service d’information spécifique pour les risques météorologiques. Ainsi, lorsque l’alerte météo était donnée 36 heures à l’avance, la compagnie délivrait les nouvelles informations de trafic au plus tard 24 heures avant la perturbation climatique. Dans le cas où l’alerte était donnée moins de 36 heures avant la perturbation, la compagnie informait les voyageurs dès lors qu’une information fiable était disponible. Il devrait en être de même cette année si la France est de nouveau touchée par des épisodes de grand froid.

Crédit Photo : CC0 Public Domain via PxHere

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2455 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *