left arrowAccueil blog

Innovation : du sucre à la place du kérosène pour l’aérien

A l’occasion du salon du Bourget (le salon dédié à l’aéronautique), Airbus a effectué un vol entre Toulouse et Paris avec un avion alimenté en partie par du sucre. Une solution envisagée pour réduire l’emprunte carbone des compagnies aériennes.

 

4 tonnes de canne à sucre nécessaires pour ce test

Ce biocarburant à base de sucre a été élaboré conjointement par Total, Airbus, Air France et Safran. Pour ce test, l’avion était équipé d’un réacteur alimenté au kérosène classique, le second était alimenté par un carburant contenant 10% de farnésane, un biocarburant obtenu grâce au jus de la canne à sucre.

Pour réaliser le vol entre Toulouse et Paris, il aura fallu 4 tonnes de canne à sucre, soit l’équivalent d’une tonne de sucre. Selon le site Air Journal, Total prévoit d’en produire 2 millions d’ici 2020 afin d’assurer 3% de la consommation mondiale.

 

D’autres biocarburants déjà utilisés

De nombreuses compagnies aériennes effectuent actuellement des tests sur les biocarburants. Ainsi, elles ont été nombreuses à tester les vols alimentés en partie avec l’huile de friture usagée. Actuellement, seuls deux biocarburants sont homologués : celui issu des huiles comme l’huile de friture usagée et celui obtenu à partir de la gazéification de biomasse (déchets, bois, …).

Sources : Challenges, Air Journal – Crédit Photo :

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2405 articles sur le blog de KelBillet.

2 Commentaires

  1. Francis dit :

    Bonjour,

    Il est recommandé de parler d’agro-carburants plutôt que de « bio-carburants », surtout quand ceux-ci entrent en concurrence avec la consommation humaine (canne à sucre).

    • Bonjour,

      Nous vous remercions pour votre précision. Cependant, il est considéré dans le cas que nous citons qu’il ne rentre pas en concurrence avec la consommation humaine selon Philippe Boisseau directeur général Marketing&Services Energies nouvelles de Total. « La canne à sucre ne représente que 1% des terres arables cultivées. Il n’y a pas de risques de compétition avec la chaine alimentaire ».

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *