left arrowAccueil blog

Bus : nouvelles solutions pour voyager entre les régions à bas prix

Bus

En février dernier, l’autorité de la concurrence se déclarait en faveur d’une libéralisation du bus ainsi que d’un assouplissement des règles qui régissent le secteur. Un avis qui a été suivi par Emmanuel Macron, ministre de l’économie, qui dans son projet de loi « pour l’activité » s’est montré favorable à l’ouverture à la concurrence du transport de passagers par bus.

 

Fin du cabotage

A l’heure actuelle, les compagnies de bus exerçant en France (Eurolines, iDBUS, Megabus, Starshipper) ne peuvent transporter des passagers entre deux villes françaises que dans le cadre du cabotage. C’est-à-dire que les personnes qui souhaitent faire par exemple un trajet en bus Paris-Lyon doivent prendre place à bord d’un bus Paris-Turin. Des passagers qui veulent effectuer Lille-Paris prendront quant à eux place à bord d’un bus Bruxelles-Paris.

En plus de cette limite, les passagers qui effectuent un trajet franco-français ne doivent pas représenter plus de 50% des passagers à bord des bus et ce même si des places sont encore libres à bord du véhicule. Ces clients ne doivent pas non plus représenter plus de 50% du chiffre d’affaires de la compagnie de bus. Dans une interview aux Echos, Maria Harti indiquait encore récemment que « c’est une énorme contrainte, qui nous oblige à arrêter les ventes sur ces trajets plusieurs semaines dans l’année. »

Avec la proposition d’Emmanuel Macron, les compagnies de bus ne seraient plus soumises à ce quota et au cabotage.

 

Assouplir les règles d’autorisation

Avant l’ouverture d’une nouvelle ligne, les compagnies de bus doivent obtenir un ensemble d’autorisation notamment de la part des régions concernées par la liaison envisagée. Le gouvernement devrait mettre fin à cette règle pour les lignes de plus de 200 km entre deux régions en le remplaçant par un régime déclaratif.

Pour les lignes de moins de 200 kilomètres, les règles d’autorisation ne devraient pas évoluer notamment pour éviter de mettre en danger les lignes TER qui sont financées par les régions. Un des arguments notamment mis en avant par les opposants à la libéralisation du transport de passagers par autocar.

Bus et train sur une même ligne ne veut pas forcément dire disparition de l’un ou de l’autre comme le rappelait en 2012 Steven Stewart, directeur de communication de Stagecoach : « En Angleterre, la libéralisation de l’autocar n’a pas affaibli le train. Sur la liaison Londres-Liverpool, par exemple, nous offrons des trajets opérés par car, grâce à Megabus, et par train, grâce à notre coentreprise avec Virgin. Et les deux modes de transport ont gagné des clients depuis dix ans ! »

 

Proposer des places à bas prix

Avec ces différentes propositions, le gouvernement envisage de passer le nombre de voyageurs de 110 000 en 2013 à 5 millions par an à terme. Cette estimation est confortée par les chiffres de pays européens qui ont ouvert ce secteur à la concurrence.

En Allemagne, suite à une loi équivalente promulguée en 2013, le nombre de passagers est passé de quelques dizaines de milliers de passagers à 800 000 grâce à une offre plus importante et des prix d’appel très bas. En Angleterre, dont la concurrence est en place depuis 1985, ce sont près de 30 millions de voyageurs qui prennent place dans un bus longue distance chaque année. Megabus, spécialiste des prix d’appel ultra-bas en Angleterre, propose par exemple des trajets à partir d’un euro.

En attendant la mise en place de ces nouvelles mesures, vous pouvez d’ores et déjà rechercher des billets de bus à bas prix sur KelBillet.

Rechercher un billet de bus

Sources : Les Echos, Le Monde, Mobilicités

Tags:

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2500 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *