left arrowAccueil blog

Bus : 100 nouvelles lignes interrégionales d’ici cet été ?

Bus

Selon des propos de Pierre Cardo, président de l’autorité de régulation du transport en autocar, relayés par le journal La Tribune, près de cent nouvelles lignes de bus devraient ouvrir d’ici cet été dans le cadre de la Loi Macron.

 

Fin du cabotage

Débattue à partir du 17 mars 2015 au Sénat, la loi prévoit notamment la libéralisation du transport de passagers en autocar. Cette loi devrait permettre aux compagnies de bus comme Eurolines, Starshipper, iDBUS ou encore Megabus de lancer de nouvelles lignes entre villes françaises sans avoir besoin de faire du cabotage. Actuellement, le cabotage oblige les compagnies à transporter des passagers entre deux villes françaises que dans le cadre d’un trajet international et ces mêmes passagers ne doivent pas représenter plus de 50% des passagers à bord. Avec la loi Macron, ces règles seront désuètes et les compagnies pourront se positionner sur de nombreuses lignes.

Eurolines indiquait déjà au mois de décembre dernier être prête à lancer des lignes vers 40 destinations en France parmi lesquelles Rennes-Strasbourg, Lyon-Bordeaux ou encore Paris-Lyon.

Les autres compagnies de bus se préparent elles aussi à lancer une multitude de nouvelles lignes. Toujours selon le journal La Tribune, parmi les lignes visées nous retrouverions Lille-Lyon, Lyon-Saint-Etienne, Lyon-Nantes, Bordeaux-Marseille ou encore Lyon-Clermont-Ferrand. Au total, ce seront près de 100 nouvelles lignes qui seront proposés à partir de cet été selon Pierre Cardo.

 

Des trajets d’au moins 250 kilomètres ?

Si la loi Macron permet la libéralisation du transport par bus, elle ne doit pas pour autant menacer l’équilibre économique des lignes de TER, c’est pourquoi les régions et départements pourront contester la mise en place d’une ligne de bus sur des trajets inférieurs à 100 kilomètres. Cette distance pourrait être revue à la hausse suite au dépôt d’un amendement qui souhaite que le seuil soit fixé à 250 kilomètres afin d’assurer la survie des lignes TER.

Cette notion de 100 kilomètres devra sans doute faire l’objet d’éclaircissement comme le demande l’Union des transports publics et ferroviaires afin de savoir si cette notion s’applique à la longueur de la ligne ou bien comme elle le souhaite à « la distance entre deux arrêts, sans correspondance, quelle que soit la longueur de la ligne origine-destination ».

Cette notion de distance devrait faire l’objet de nombreuses contestations notamment de la part des compagnies de bus. En Allemagne, le seuil est fixé à 50 kilomètres et selon une étude de la Deutsche Bahn, les nouvelles lignes de bus sur de courtes distances n’ont pas impacté le trafic ferroviaire des trains régionaux.

Source : La Tribune, Mobilicités – Crédit Photo : [Taina Sohlman] © 123RF.com

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2795 articles sur le blog de KelBillet.

Un commentaire

  1. Matililas dit :

    Y aura-t-il une ligne de bus qui desservira Pouzauges (85700) en Vendée? Merci de votre information!
    2

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *