left arrowAccueil blog

Le bus chinois « anti-bouchon » : une simple arnaque ?

Au début du mois d’août, le TEB (Transit Elevated Bus), le bus chinois « anti-bouchon », était présenté à la presse en grande pompe à l’occasion d’un premier test. Un mois plus tard, il semblerait qu’il s’agissait d’un simple coup de pub pour réussir à attirer des investisseurs.

 

Des doutes sur la viabilité du projet

Comme nous vous l’indiquions dans notre article présentant la première sortie du bus anti-bouchon, de nombreux journalistes chinois avaient mis en doute la faisabilité d’un tel projet. De nombreux points techniques semblaient insurmontables pour qu’il soit déployé à grande échelle parmi lesquels son poids et sa taille. Pour rappel, ce bus devait mesurer à terme 60 mètres de long, 7m80 de large et 4m50 de hauteur et pouvoir accueillir jusqu’à 1 200 passagers. Le tout en permettant aux voitures de circuler sous lui comme dans un tunnel.

Avec ses dimensions actuelles, le TEB ne peut pas passer les nombreux ponts urbains présents dans les villes chinoises et tous les véhicules ne peuvent pas circuler sous lui. Suite au test du TEB, un spécialiste avait rappelé que « l’idée d’un bus enjambant la route avait été jugée totalement impraticable il y a six ans par un panel d’experts ».

 

Obtenir des investissements rapides

Selon les informations de Bloomberg, ce projet aurait surtout servi à attirer les investisseurs sur la plateforme de prêts entre particuliers Huaying Kailai en leur faisant miroiter des taux de rentabilité de 12 à 13%. Bai Zhiming, promoteur immobilier, qui avait racheté le brevet du TEB aurait ainsi récolté 26 millions de dollars auprès de 200 investisseurs. Selon un dirigeant de la plateforme, ils demandent désormais à être remboursés puisqu’ils sont inquiets des dernières révélations dans la presse sur la viabilité du projet.

Toujours selon les informations de Bloomberg, cette pratique d’attirer des investisseurs via des plateformes de prêts entre particuliers est de plus en plus développée en Chine. La dernière arnaque en date avait touché 900 000 investisseurs pour un coût de 7 milliards de dollars.

Source : Bloomberg, Le Soir – Crédit Photo : DR

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2416 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *