left arrowAccueil blog

Intercités : les régions craignent l’abandon de nombreuses lignes

Dans un communiqué daté du 13 juillet 2015, l’Association des régions de France (ARF) s’est montrée inquiète sur l’avenir des Intercités suite à la publication de la feuille de route du gouvernement.

 

Risque de fermetures de lignes

L’ARF regrette une approche « exclusivement comptable » qui préjuge « d’importantes baisses de l’offre Intercités sur l’ensemble du territoire« .

Pour l’association, la logique financière abordée par le gouvernement entraînera la suppression de lignes jugées non rentables mais pourtant vitales.

Pour rappel, le rapport remis au gouvernement recommandait des réajustements sur les lignes Paris – Rouen, Rouen – Le Havre, Caen – Cherbourg, Paris – Granville et sur les tronçons Amiens – Boulogne, Saint-Quentin – Maubeuge, Limoges – Brive-la-Gaillarde et Troyes – Belfort. Ces ajustements signifiaient un report des lignes et tronçons vers d’autres services que ce soit en TER ou en bus.

Le rapport Duron préconisait aussi la fin des dessertes Toulouse – Cerbère, Quimper – Nantes, Bordeaux – Toulouse, Marseille – Nice, Saint-Quentin – Cambrai ainsi que la suppression des lignes de nuit Intercités disposant d’alternatives. Des recommandations que semblent suivre le gouvernement dans son rapport indiquant que « la nouvelle convention entre l’Etat et SNCF Mobilités devra donc tirer les enseignements de la diminution régulière de la fréquentation de ces lignes. »

De son côté, l’association regrette également que « l’on connaisse pas les conditions dans lesquelles les régions pourraient prendre la relève et avec quelles compensations financières ».

Une concertation sera mise en place avec les régions sous l’égide du Préfet François Philizot afin d’évaluer les modalités d’évolution des services des trains d’équilibre du territoire. Les conclusions de cette consultation seront remises d’ici mai 2016.

 

L’ARF salue le renouvellement du parc Intercités

Malgré les critiques de l’ARF, celle-ci salue les efforts pour renouveler le parc de trains Intercités : « la rénovation des trains permettra d’offrir aux voyageurs un service moderne, confortable et accessible, à l’image de la rénovation des TER opérée ces dix dernières années grâce à l’effort financier considérable des régions ».

34 rames neuves seront mises en place d’ici la fin 2016 et l’ensemble des trains Intercités seront renouvelés d’ici 2025, pour un investissement global d’1,5 milliard d’euros.

 

Pas d’ouverture à la concurrence

Outre les régions, l’AFRA, l’association française du rail, s’est elle aussi montrée critique face à la feuille de route du gouvernement qui n’aborde pas l’expérimentation de l’ouverture à la concurrence recommandé par le rapport Duron ainsi que par Guillaume Pepy.

L’AFRA indique que « le Règlement européen OSP 1370/2007 impose aux Etats membres l’ouverture à la concurrence des services ferroviaires conventionnés en 2019. Pendant cette période de transition (2009-2019), la France s’obstine à ne pas s’y préparer ».

Transdev, qui était intéressée par la reprise de certaines lignes regrettent elle aussi les décisions du gouvernement. « Un mois après la publication du rapport Duron sur l’avenir des Trains d’Equilibre du Territoire, le gouvernement n’a finalement pas retenu les préconisations formulées par la commission permettant de faire évoluer favorablement les trains Intercités. Le rapport avait pourtant souligné, en s’appuyant sur des exemples européens, les bénéfices qu’une ouverture régulée à la concurrence pourrait apporter au développement de ce type de liaisons ferroviaires […] Le Ministre n’a finalement retenu aucune de ces propositions, préférant faire perdurer, pendant 5 ans encore, un système qui a pourtant montré ses limites et son inefficacité. »

Transdev, tout comme l’AFRA, souligne que « le seul renouvellement du matériel roulant ne permettra pas en effet d’éviter le déclin du rail face à la forte concurrence des autres modes. »

Source : Mobilicités, La Tribune, Boursorama, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2791 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *