left arrowAccueil blog

SNCF : suppression de la moitié des lignes de nuit INTERCITÉS dès octobre

En février dernier, le gouvernement présentait sa réforme pour le renouveau des trains d’équilibre du territoire (TET). Une réforme qui passe notamment par la suppression de certaines lignes INTERCITÉS de nuit, fortement déficitaires.

 

A terme, seulement deux lignes de nuit maintenues

Comme nous l’indiquions en février, les lignes INTERCITÉS de nuit ne sont plus viables dans leur forme actuelle. Elles représentent 25% du déficit des TET alors qu’elles ne transportent que 3% des voyageurs sur le réseau SNCF. De plus, chaque billet vendu nécessite une subvention publique de 100€.

Devant ce constat, le gouvernement a décidé de lancer un Appel à Manifestation d’intérêt pour les lignes Paris-Toulouse/Rodez-Carmaux-Albi, Paris-Tarbes-Hendaye, Paris-Savoie, Paris-Nice, Luxembourg-Nice/Port-Bou et Strasbourg Nice/Port-Bou. Aucune proposition n’ayant été reçue, la suppression de ces lignes a été actée pour le 1er octobre 2016.

Sachez-le : la ligne Paris-Tarbes-Hendaye sera maintenue jusqu’à la mise en service de la ligne Sud Europe Atlantique le 1er juillet 2017. La ligne Paris-Nice sera maintenue jusqu’à la fin de la saison estivale 2017 (le 1er octobre 2017).

Au delà des deux exceptions présentées ci-dessus, seules les lignes Paris-Briançon et Paris-Rodez / Latour de Carol seront maintenues à raison d’un aller-retour quotidien. Celles-ci constituent des « lignes d’aménagement du territoire indispensables en raison de l’absence d’une offre alternative suffisante pour les territoires concernés ».

 

Des syndicats inquiets

Comme en février dernier, les syndicats se sont montrés inquiets suite à cette annonce du gouvernement. Dans un communiqué, l’UNSA Ferroviaire regrette le « désengagement (de l’état) pour de très nombreuses relations, alors que les TET sont considérés comme un maillon essentiel du service public, par de nombreux usagers du Rail ». Le syndicat pointe également « des choix arbitraires, alors que les tendances en accidentologie routière repartent à la hausse ».

De son côté, la CFDT regrette que « le manque d’engagement de l’État va se traduire par une contraction de l’offre ferroviaire au détriment du service rendu au public ». Pour le syndicat, « seule une politique d’investissement ambitieuse permettrait d’améliorer et mettre en qualité le service les trains de nuit pour nos concitoyens ».

 

Trois lignes de jour resteront sous l’autorité de l’Etat

En parallèle de son annonce sur les INTERCITÉS de nuit, le gouvernement a indiqué maintenir sous son autorité trois lignes. Il s’agit de Nantes-Bordeaux, Toulouse-Hendaye et Nantes-Lyon qui constituent des lignes d’aménagement du territoire.

Concernant les autres lignes de jour, le gouvernement négocie au cas par cas avec les régions « afin de trouver les meilleures solutions de gouvernance ». U accord a déjà été trouvé avec la région Normandie pour les lignes Paris-Caen-Cherbourg, Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Granville, Caen-le Mans-Tours et Paris-Serquigny.

Sources : SNCF, UNSA Ferroviaire, CFDT Cheminots – Crédit Photo : Auregann [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2394 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *