left arrowAccueil blog

TER : les régions veulent de la concurrence face à la SNCF

TER : les régions veulent de la concurrence face à la SNCF

A quelques mois de l’examen du projet de loi sur la réforme ferroviaire, les régions ont décidé de faire entendre leurs voix via un manifeste. Excédées par le prix des prestation SNCF qui ne cesse d’augmenter (+ 90% entre 2002 et 2012), par le manque de qualité de service et par le fait qu’elles ne soient pas propriétaires des trains qu’elles ont entièrement financé, les régions ont demandé à ce que l’ouverture à la concurrence pour le réseau TER soit inscrit dans la loi.

 

Avoir le choix face à la SNCF

Jacques Auxiette, le président de la région Pays de la Loire et président de la commission Infrastructures et Transports de l’Association des régions de France (ARF) a indiqué qu’il fallait « rendre possible l’accès des régions à la concurrence dans le transport ferroviaire dans le cadre de délégations de service publique (DSP) ou bien que la possibilité leur soit offerte d’opter pour une régie ». En clair, leur permettre de choisir le mode d’exploitation du TER et le prestataire.

L’ouverture à la concurrence permettrait donc d’avoir le choix face à la SNCF qui est actuellement pointée du doigt par les régions pour sa qualité de service. Deux régions ont d’ailleurs décidé de suspendre les paiements dus à la SNCF pour protester contre la mauvaise qualité de service constatée dans ces régions.

 

Redevenir propriétaire des trains

Depuis 2002, les régions ont investi près de 9 milliards d’euros dans l’achat de trains qui au final ne leurs appartiennent pas. Jacques Auxiette a indiqué lors de la présentation du manifeste que c’était « une bagarre pour prévoir de faire monter les vélos, mettre des prises et le wi-fi. La SNCF nous facture la maintenance, et en plus, nous sommes dépossédés de notre investissement. »

Afin de ne plus être dépendantes de la SNCF et redevenir propriétaire des trains TER, neuf régions ont décidé de créer une « association d’étude sur le matériel roulant » qui a pour objectif de s’affranchir de la SNCF en s’impliquant directement dans le choix du matériel roulant ainsi que dans son prix.

Si ouverture à la concurrence il y a, de nombreuses sociétés se sont déjà montrées intéressées parmi lesquelles Veolia Transdev, Keolis, Arriva et la Deutsche Bahn.

Sources : L’expansion, Le Figaro, L’Usine Nouvelle, Libération

Tags: , ,

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2500 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *