left arrowAccueil blog

SNCF : vers l’abandon du projet de portique de sécurité à l’entrée des gares

MAJ du 29/03/2016 : Selon les informations du journal Ouest-France, la direction de SNCF a démenti l’abandon des portiques dans les gares en précisant que « c’est à l’issue du bilan du dispositif Thalys que des décisions de déploiement seront étudiées. […] Des travaux avec des industriels sont engagés pour faire développer de nouvelles solutions de portiques mieux adaptées aux grands flux des gares. »

Selon les informations du journal La Tribune, le gouvernement et SNCF ne vont pas donner suite à l’expérimentation qui devait se dérouler à la gare de l’Est à Paris. Ce test visait à installer des portiques de sécurité à l’entrée des gares et non plus sur les quais comme c’est le cas à la gare du Nord pour les trains Thalys.

 

Un risque avec les files d’attente

Alors que Ségolène Royal souhaitait voir déployer les portiques sur l’ensemble des quais des trains TGV et INTERCITES, ce dispositif restera donc, pour le moment, une mesure exceptionnelle. De même, la mise en place des portiques à l’entrée des gares est tout simplement abandonnée. Suite aux attentats de Bruxelles, l’Etat et les dirigeants de la compagnie ferroviaire craignent que les queues engendrées à ces points de filtrage ne deviennent des zones à risque que les terroristes pourraient viser.

Guillaume Pepy, le président de SNCF, avait également rappelé, au mois de novembre dernier, la complexité de la mise en place de telles mesures. Outre le prix prohibitif de ceux placés sur les quais (2,5 millions d’euros par an et par quai), il aurait été nécessaire que les portiques à l’entrée des gares puissent absorber un flux de près de 7 millions de voyageurs par jour. Si le journal La Tribune indique que les files d’attentes auraient pu être atténuées en avançant l’heure d’embarquement, cette option n’a pas été retenue pour des raisons commerciales.

 

Des innovations technologiques pour renforcer la sécurité

Au cours d’une conférence de presse qui visait à présenter le futur des gares SNCF, Patrick Ropert, le PDG de la filiale Gares et Connexions, a indiqué que d’autres solutions allaient être déployées pour renforcer la sécurité à bord des gares. Au mois de janvier dernier, Stephane Volant, le secrétaire général de SNCF, avait notamment indiqué que les 31 000 caméras de surveillance présentes dans les gares seraient couplées à des logiciel pour analyser « le changement de température corporelle, le haussement de la voix ou le caractère saccadé de gestes qui peuvent montrer une certaine anxiété. »

Cela passe également par de nouveaux dispositifs d’accès aux quais qui sont en cours de tests à la gare de Paris Montparnasse et de Marseille Saint-Charles. Si les tests sont concluants, SNCF pourrait décider de déployer ces nouvelles portes d’embarquement sur les quais des gares de Lyon, Lille, Strasbourg, Bordeaux, Nantes ou encore Rennes.

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2816 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *