left arrowAccueil blog

SNCF Réseau veut accompagner les régions pour l’expérimentation de la concurrence pour les TER

Au cours d’un entretien pour le journal Les Echos, Patrick Jeantet, président de SNCF Réseau, est revenu sur l’importance d’une remise à niveau du réseau ferroviaire français vieillissant. Les lignes classiques ont peu fait l’objet de rénovations ce qui provoque la présence de 5 000 km de lignes à vitesse réduite (sur 30 000 km de voies) pour un âge moyen du réseau qui s’élève à 33 ans (contre 17 ans en Allemagne). Patrick Jeantet a également profité de cette interview pour mettre en avant sa volonté de collaborer avec les régions dans le cadre de l’expérimentation de la concurrence sur le réseau TER.

 

Ouverture à la concurrence à partir de 2023

Pour rappel, dans le cadre du quatrième paquet ferroviaire européen, SNCF devra faire face à la concurrence de nouveaux acteurs pour le transport de voyageurs aussi bien sur les lignes TGV, INTERCITES que TER. En ce qui concerne ces dernières lignes, des tests en amont sont prévus avant l’ouverture à la concurrence en 2023.

Dans le cadre de cette expérimentation, les régions pourront faire appel à un autre opérateur que SNCF et fixer librement les tarifs. SNCF Réseau, qui a en charge la gestion du réseau ferroviaire français et qui est un établissement public distinct de SNCF, souhaite accompagner les régions dans cette phase de test. Pour cela, Patrick Jeantet veut que l’expertise de SNCF Réseau aide les régions à définir les lignes qui peuvent faire l’objet d’un appel d’offres mais également leur permettre la mise en place de plan transport robuste.

SNCF Réseau souhaite aussi jouer la carte de la transparence avec les régions en leur transmettant un état des lieux de chaque ligne avec une projection à 5 ans. Celui-ci doit permettre aux régions de savoir quelles lignes nécessiteront des investissements et les conséquences si aucun investissement n’est fait en ce sens.

L’arrivée de la concurrence doit permettre selon Patrick Jeantet de « baisser les coûts » afin de « rester compétitifs avec l’avion et la route ». Un souhait également voulu par la Commission Européenne qui indiquant en avril dernier que « les entreprises ferroviaires historiques n’auront d’autre choix que de devenir plus compétitives pour faire face à la concurrence des nouveaux arrivants ».

Source : Les Echos – Crédit Photo : Joanna M Foto [CCO Public Domain] via Freestocks

Tags: ,

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2416 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *