left arrowAccueil blog

Aérien : les pilotes d’avion français pourraient se mettre en grève début mai

La SNCF pourrait être touchée par une grève début juin mais un mois plus tôt des perturbations pourraient également impacter le secteur de l’aérien.

 

Toutes les compagnies françaises concernées

Selon La Tribune, le principal syndicat représentatif des pilotes de ligne a envoyé un préavis de grève au Premier Ministre ainsi qu’aux ministères des Transports et du Travail. Ce préavis de grève s’étendrait du lundi 6 mai à 00h01 au samedi 11 mai 23h59. Toujours selon La Tribune, le syndicat consulte ses membres afin d’avoir leur avis sur la possibilité d’étendre le mouvement au-delà de six jours.

Si la grève des pilotes était actée, Air France ne serait pas la seule compagnie impactée. En effet, l’ensemble des compagnies aériennes françaises seraient concernées. Nous pouvons notamment citer Aigle Azur, Air Austral, Air Caraïbes, Corsair ou encore XL Airways. Les compagnies étrangères basées en France, comme c’est le cas pour easyJet et Vueling, connaîtraient elles aussi des perturbations.

 

Quels sont les impacts attendus ?

A l’heure actuelle, il n’est pas possible de connaître les potentielles perturbations que cette grève entraînerait. En cas de mouvement de protestation, les compagnies publieront les adaptations des programmes de vols directement sur leurs sites internet.

A titre d’information, au printemps 2018, Air France avait été touchée par 15 jours de grève. Un mouvement qui avait obligé la compagnie à supprimer 20% des vols chaque jour de grève.

 

Quelles sont les compensations prévues par la réglementation européenne ?

En cas d’annulation de votre vol, la compagnie empruntée doit permettre aux voyageurs de choisir entre :

  • le remboursement du billet dans un délai de 7 jours pour la partie non effectuée ainsi que pour celle effectuée et devenue inutile. Si vous optez pour cela, la compagnie aérienne n’a plus l’obligation de prendre en charge vos frais d’hôtel ou de restauration.
  • le réacheminement vers la destination finale dans des conditions comparables. Si vous choisissez cette solution, la compagnie aérienne doit prendre en charge l’ensemble des frais d’hôtel et de restauration, jusqu’à votre arrivée à destination finale.

La compagnie pourrait également être tenue de vous verser une indemnisation calculée sur la distance du vol, si la grève n’est pas considérée par les autorités compétentes comme une circonstance extraordinaire. Dans ce cas-là, vous pouvez prétendre aux indemnisations suivantes :

  • Vols de moins de 1 500 km : 250€ (125€ si le retard est inférieur à 2 heures)
  • Vols intracommunautaires ou autres vols de 1 500 à 3 500 km : 400 € (200 € si le retard n’excède pas 3h)
  • Autres vols de plus de 3 500 km : 600 € (300 € si le retard ne dépasse pas 4h)

 

En cas de retard et si la grève n’est pas considérée comme une circonstance exceptionnelle, la compagnie se doit de fournir rafraîchissements, restauration, téléphone, nuit d’hôtel, transport depuis l’aéroport jusqu’au lieu d’hébergement. Ces prestations sont dues lorsque le retard du vol atteint :

  • 2 heures ou plus pour les vols de 1 500 km ou moins
  • 3 heures ou plus pour les vols de plus de 1 500 km jusqu’à 3 500 km et tous les vols intracommunautaires de plus de 1 500 kilomètres
  • 4 heures ou plus pour les autres vols de plus de 3 500 km

Dès lors que le retard est de 5 heures ou plus et que vous décidez de renoncer à votre voyage, la réglementation européenne vous permet de demander le remboursement de votre billet. Si le retard a lieu pendant une escale en correspondance, vous pouvez également demander la prise en charge du vol retour vers votre aéroport de départ.

En ce qui concerne les indemnisations, si le retard est de plus de 3 heures, normalement le même barème que pour une annulation s’applique.

Source : La Tribune – Crédit Photo : CC0 Public Domain via PxHere

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2603 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *