left arrowAccueil blog

Le bus fortement impacté par la pandémie de COVID-19

Bus

Si le premier trimestre 2020 confirmait le développement toujours croissant du secteur du bus en France, le second trimestre a été marqué par un coup d’arrêt en raison de l’épidémie de COVID-19. On fait le point sur les chiffres à retenir du rapport de l’Autorité de régulation des transports (ART – ex ARAFER).

 

50 000 passagers transportés au second trimestre

Au premier trimestre 2020, le trafic des cars longue distance a été stable par rapport à la même période un an plus tôt avec un nombre de voyageurs transportés compris entre 2 et 2,5 millions. Ces bons résultats, malgré le confinement mis en place à partir du 17 mars 2020, s’expliquent par la grève de la SNCF du mois de janvier et le fait que les voyageurs se sont tournés vers cette alternative de transport afin de voyager à bas prix en France.

Si les chiffres sont donc satisfaisants pour le premier trimestre, il en est tout autre pour les trois mois suivants. Au second trimestre, FlixBus et BlaBlaBus ont transporté moins de 50 000 passagers. Cela s’explique par le fait que les deux principales compagnies de bus longue distance ont repris tardivement leur activité (le 24 juin pour BlaBlaBus et le 18 juin pour FlixBus) et qu’elles n’ont proposé, à ce moment-là, que 30% de leurs liaisons.

 

234 villes desservies au 1er trimestre, moitié moins au second trimestre

De janvier à mars 2020, le nombre de villes desservies est stable par rapport au premier trimestre 2019 et s’établit à 234. Sur ces 234 villes accessibles en bus longue distance, 181 l’étaient avec FlixBus. La compagnie BlaBlaBus permettait, quant à elle, de rejoindre 141 destinations. Au second trimestre, le nombre de villes desservies est divisé de moitié. D’avril à juin, seulement 113 villes distinctes étaient accessibles en prenant place dans un bus longue distance (76 par BlaBlaBus, 71 par FlixBus). Outre cette réduction du nombre de villes desservies, les compagnies ont adapté leurs réseaux en privilégiant davantage des liaisons exclusives.

Au 2e trimestre 2020, les voyageurs ne disposaient que de 9,4 destinations par ville en moyenne, contre 13 au trimestre précédent et 14,2 un an auparavant. Les dix villes et sites reliés au plus grand nombre de destinations directes étaient Paris (87 destinations), Lyon (43), Bordeaux (35), l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle (35), l’aéroport de Paris-Orly (35), Toulouse (26), Rennes (25), Clermont-Ferrand (23), Tours (23) et Brest (23).

Source : Autorité de régulation des transports – Crédit Photo : Annie Spratt via Unsplash

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2713 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *