left arrowAccueil blog

Grève SNCF : c’est le moment de tester d’autres modes de transport

Alors qu’une grève, touchant notamment le train début ce 5 décembre 2019, de nombreux voyageurs se tournent vers d’autres modes de transport. Quels sont-ils et quels sont leurs principaux avantages ? On fait le point.

 

Le covoiturage

Déjà bien implanté en France depuis de nombreuses années, le covoiturage séduit de nombreux voyageurs durant la grève SNCF. Toutes les plateformes ont vu le nombre de demandes s’accroître rapidement et de nouveaux conducteurs proposent chaque jour leurs véhicules sur les principaux services de covoiturage comme BlaBlaCar, GoMore, Covoiturage-Libre ou encore La Roue Verte. Même constat sur les plateformes plutôt orientées covoiturage domicile – travail (Karos, Klaxit, BlaBlaLines, Ouihop, Roulez Malin, Citygo, Covoit’ici, Clem’).

Quels sont les avantages du covoiturage ? Tout d’abord, des prix (très) attractifs et ce même en dernière minute. Les prix sont majoritairement calculés sur la base du barème kilométrique avec une fourchette comprise entre 0,08 et 0,13€ / kilomètre. Pour le conducteur, le covoiturage est une solution idéale pour rembourser les frais engagés par son déplacement.

A noter : durant la grève SNCF, de nombreux services de covoiturage proposent la gratuité sur les trajets domicile-travail notamment pour les franciliens. Pensez à consulter les sites des plateformes pour savoir si celles-ci proposent une offre de ce type pendant la grève.

Loué pour son côté convivial, le covoiturage vous permet aussi d’arriver ou de partir depuis de nombreuses villes parfois oubliées par les autres modes de transport et cela grâce à un réseau de conducteurs important.

En optant pour le covoiturage, vous réduisez également les risques de bouchons sur les routes, le nombre de véhicules roulant quasiment à vide étant réduit. Un aspect à ne pas négliger quand on sait que 300 à 400km de bouchons sont recensés en région parisienne les jours de grève SNCF. Par ailleurs, moins de voitures sur les routes signifient également moins de pollution.

Recherchez un covoiturage

 

Le bus

En 2018, 8,9 millions de passagers ont pris place à bord d’un car longue-distance. Une forte augmentation par rapport aux chiffres de 2017 qui a été rendue possible notamment grâce aux grèves SNCF qui avaient émaillé le printemps. Les principales compagnies de bus (BlablaBus/OUIBUS, FlixBus) atteignent quasiment systématiquement les 100% de taux de remplissage les jours de grève. Pour faire face à ce succès, elles ont décidé de renforcer leurs offres sur les trajets les plus demandés.

Pourquoi le bus séduit les voyageurs ? Voici quelques éléments de réponse. Tout d’abord, en anticipant un minimum votre voyage, vous disposerez de billets à des prix similaires à ceux d’un covoiturage. Cependant, à l’instar du train et de l’avion, les compagnies de bus ont instauré le principe du yield management, c’est-à-dire que les prix augmentent en fonction du taux de remplissage du bus et à l’approche du départ. Un aspect à prendre en compte au moment de la réservation.

Le bus attire aussi grâce au nombre de départs quotidiens proposés en France : 843 départs par jour en 2018. Les compagnies de bus disposent également d’un réseau étendu avec plus de 320 villes desservies sur le territoire français en 2018 (ce nombre de villes augmente au printemps et durant l’été) pour 2084 liaisons.

Le bus séduit également grâce aux services proposés à bord : toilettes, sièges confortables et parfois offre de restauration à bord. La plupart des bus disposent également du wifi et de prises électriques, un avantage non négligeable pour ceux qui souhaitent travailler durant le voyage. En bus, vous pouvez également prendre avec vous des bagages beaucoup plus volumineux que si vous preniez un covoiturage.

Enfin, en prenant le bus, vous réduisez votre empreinte carbone puisque le bus est l’un des modes de transports les moins polluants lorsqu’on rapporte la dépense en carburant au nombre de personnes transportées.

Trouvez un billet de bus durant la grève

 

L’avion

Solution sans doute la plus onéreuse en dernière minute, l’avion a l’avantage de vous permettre de rejoindre des villes européennes qui ne sont pas nécessairement accessibles via les autres modes de transport.

L’avion a également pour lui l’avantage d’un temps de trajet réduit par rapport au covoiturage ou au bus. Par exemple, un trajet Bordeaux-Lille ne durera qu’1h20 en avion contre 9h en covoiturage et entre 12h et 14h en bus.

A l’instar du bus, l’avion dispose (normalement) de nombreux services à bord qui peuvent agrémenter votre voyage : offre de restauration, de service de divertissement, toilettes, sièges inclinables, …

Enfin, dernier avantage non négligeable, l’avion est le mode de transport le plus sûr.

Recherchez un billet d’avion

 

La location de voiture

On l’oublie parfois mais la location de voiture peut-être une solution alternative et économique durant la grève SNCF. Si les loueurs classiques vous rebutent, vous pouvez vous tourner vers HiFlow (originellement connu sous le nom Luckyloc) ou Driiveme qui permettent de louer des voitures à partir d’1€. Getaround (ex Drivy), de son côté, vous donne la possibilité de louer des voitures directement auprès de particuliers.

Si l’on considère que la location de voiture peut-être une solution alternative et économique, c’est parcequ’il vous est possible de proposer les places vides de votre véhicule sur les plateformes de covoiturage. Ainsi, les frais engendrés par votre déplacement pourront être remboursés en partie en prenant des voyageurs avec vous. Et vous aiderez sans aucun doute des personnes dans le besoin.

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2607 articles sur le blog de KelBillet.

2 Commentaires

  1. Tassin dit :

    Et comment faire quand c’est un grand trajet? Je dois prendre le train Perpignan – Paris le 9 mai et, à plus de 68ans, je ne me vois pas faire le trajet debout s’il n’y a qu’un seul train… ( on m’a dit de venir voir la veille l’heure du train qui partira ) … Pour une fois que je vais voir mes petits enfants….

    • Alexandre de KelBillet Alexandre de KelBillet dit :

      Bonjour,

      Les solutions proposées ci-dessus sont également valables pour des longs trajets. Vous avez par exemple de nombreuses propositions de billets de bus pour ce trajet. Cependant, il faudra compter au moins 13h de trajet.

      Bien à vous

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *