left arrowAccueil blog

Intercités : quelles sont les lignes menacées de fermeture ?

Dans un rapport qui a été remis ce mardi 26 mai au gouvernement, Philippe Duron, qui présidait la commission parlementaire en charge du dossier, indique que les trains Intercités ont connu « une qualité de l’offre continuellement dégradée, des temps de parcours sensiblement augmentés, une régularité qui a régressé ». Les trains Intercités « n’apportent pas le niveau de qualité de service requis », d’où une remise en question de son modèle avec des mesures chocs selon Le Parisien.

 

Un train Intercités : qu’est-ce que c’est ?

« Les trains Intercités ce sont tous les trains qui ne sont ni TGV, ni TER. Donc les trains Corail, Teoz et les trains de nuit sont des Intercités. Il faut redonner de l’homogénéité à tout ça. » indique Philippe Duron. Ces trains, également appelés trains d’équilibre du territoire (TET), desservent quotidiennement 300 destinations via 40 lignes. Chaque jour se sont près de 325 trains qui circulent sur le territoire français sous l’appellation de trains Intercités et transportant 100 000 voyageurs.

 

Vers la suppression des Intercités de nuit ?

« Plus viable ». C’est par ces mots que Philippe Duron résume le cas des trains Intercités de nuit dont la fréquentation est en constante baisse. Trop fortement concurrencées par le bus, les lignes Paris – Hendaye, Nord-Est – Méditerranée, Paris – Côte Vermeille et Paris – Savoie sont vouées à disparaître selon le rapport remis au gouvernement. Cependant, l’ensemble des lignes ne seront pas concernées comme l’a confirmé Philippe Duron à France Info : « SNCF veut supprimer les trains de nuit, nous nous disons, il doit y avoir des lignes ferroviaires de nuit qui doivent survivre. La ligne Paris-Briançon par exemple, elle doit perdurer ».

 

Abandon de certaines lignes au profit du bus

SNCF préconisait au mois d’avril la suppression de 6 lignes de jour parmi lesquelles Bordeaux – Clermont-Ferrand – Lyon, Caen – Le Mans – Tours et Hirson – Charleville-Mézières – Metz. Si le rapport transmis au gouvernement n’a pas volonté à supprimer l’intégralité des lignes, il interroge sur la pertinence de certaines dessertes.

Les lignes Bordeaux – Nice et Lyon – Bordeaux sont par exemple peu intéressantes du fait d’un temps de parcours trop important. Philippe Duron souligne « quand vous voyez qu’un train Intercités, pour faire Bordeaux-Lyon, met plus de six heures, là où une compagnie aérienne low-cost met une heure, ça n’a pas de pertinence ». De même que le prix s’avère plus important en train qu’en avion.

Sur les lignes à faible fréquentation comme Caen – Le Mans – Tours, Clermont-Ferrand – Béziers, Hirson – Metz ou encore Toulouse – Hendaye, il est recommandé de réduire le nombre de dessertes ou le nombre de trains voire si c’est nécessaire de « transférer le service sur route ». Les lignes concernées seraient donc assurées en totalité ou en partie par des bus SNCF. Pour appuyer sa proposition, Philippe Duron a précisé au micro de France Info que « si au lieu d’avoir un train par jour aller-retour, vous avez cinq autocars par jour aller-retour, vous avez plus de trajets et d’efficacité. C’est ce que mon rapport recommande. »

Dans tous les cas, le document précise qu’il est « nécessaire de mener de manière détaillée une analyse ligne par ligne, pour les dessertes de nuit comme de jour […] afin d’identifier quelles dessertes devraient être maintenues, voire renforcées et quelles dessertes devraient être allégées. »

 

Renforcement des trains Intercités les plus rentables

Tout le rapport n’est pas négatif. Ainsi, il est recommandé dans celui-ci de renforcer les lignes Intercités à « fort potentiel » et d’inverstir dans l’achat de nouveaux trains pour ces lignes, à savoir les trains Caen – Paris et Paris – Limoges – Toulouse.

 

Quelles sont les lignes Intercités en danger ?

Voici ci-après l’ensemble des lignes qui pourraient connaître de profonds changements dans les prochains mois.

Intercités de jour

  • Quimper – Toulouse (via Nantes et Bordeaux)
  • Toulouse – Hendaye
  • Bordeaux – Lyon
  • Clermont-Ferrand – Béziers
  • Marseille – Nice
  • Paris – Cosne – Nevers
  • Reims – Dijon
  • Hirson – Metz
  • Saint-Quentin – Cambray
  • Saint-Quentin – Maubeuge
  • Amiens – Boulogne-sur-mer
  • Rouen – Le Havre
  • Caen – Le Mans – Tours

 

Intercités de nuit

  • Paris – Hendaye
  • Nord-Est – Méditerranée
  • Paris – Côte Vermeille
  • Paris – Savoie

 

Un rapport déjà décrié

Les syndicats SNCF s’étaient déjà alarmés, tout comme les usagers, au mois d’avril dernier lors de la publication d’un rapport de SNCF transmis à la commission parlementaire. Les syndicats avaient indiqué que les recommandations de SNCF étaient inacceptables et il devrait en être de même à la lecture de ce rapport.

La Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT), de son côté, appelle à ce que les trains Intercités fassent « partie de l’offre globale de mobilité » en précisant qu’ils « sont un outil indispensable à l’aménagement du territoire, en particulier pour la desserte des villes moyennes et des axes transversaux. Leurs dessertes doivent valoriser l’accessibilité des villes de province, le maillage national du réseau, les relations de cabotage, les trains de nuit, les relations parallèles aux LGV et les relations internationales. »

Du côté des politiques, Denis Baupin, député EELV de Paris et vice-président de l’Assemblée nationale s’est dit « plutôt inquiet » des propositions de ce rapport. Il indique notamment que « ce serait un très mauvais signal » à l’approche de la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre. Il conclut en indiquant qu’au moment « où on dit tous qu’il faut passer des déplacements automobiles vers les transports collectifs […] le train continue à être un élément important du quotidien de nos concitoyens, et de la lutte contre la pollution.

Les Echos, Le Parisien, France Info, FranceTV Info – Crédit Photo : De COUVILLE

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2573 articles sur le blog de KelBillet.

3 Commentaires

  1. Perrot dit :

    Il y a deux ans j’ai pris un intercite entre Argeles et Vannes via Toulouse Bordeaux Nantes et vannes . J’ai choisi ce trajet car j’étais en vacances et que je pouvais passer une journée en train pour traverser la France . Avec Un TGV j’aurais dû passer par Paris payer deux trajets hors de prix entre Argeles et Paris puis Paris Vannes . Plus de kilomètres deux lignes à grande vitesse et un prix multiplié au moins par trois … sans compter le changement de gare à Paris … ( j’habite Paris mais de Argeles je devais aller à Vannes ).
    Au nom de la rentabilité imbécile on ne pourra plus respecter la géographie de la France , traverser ses paysages pour payer chers des lignes TGV où on ne voit pas grand chose pour un confort relatif . On est pas toujours à trois heures près . Il faut cesser de croire qu’on est toujours pressé . Entre le prix et le temps je choisis le temps surtout si je suis en vacances.

  2. loicq dit :

    C’est bien vrai tout çà; plus on avance; plus on recule, et à quel prix ?
    Les routes deviennent impossibles, tellement la vitesse de la rentabilité compte. Très difficile aujourd’hui de rouler non injurié, parce que « pas assez vite », tout çà plus les routes à 1 bande dans chaque sens… quelle pénibilité; vive le train régional pour sa régularité !!
    De toutes façons, on devra y revenir tôt ou tard; j’espère pas trop tard, sans bus puant, au diesel rétrograde et infestation mortelle. Hitler tuait les gens comme çà ! Ca ne vous fait toujours pas réfléchir ?????

  3. Bayer dit :

    Merci de supprimer, d’annuler des trains…c’est bien quand on prône l’écologie !! Honte à la SNCF qui se veut au service des gens 🙁
    Moins de trains et tarifs en hausse…bravo !!

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *