left arrowAccueil blog

Sécurité : les agents SNCF et RATP pourraient être autorisés à fouiller les bagages

Présent sur Europe 1 ce mardi 1er décembre, Manuel Valls a confirmé que les gares françaises desservies par les trains Thalys seront équipées de portiques de sécurité. Comme Ségolène Royal, le 24 novembre dernier, il a également précisé que des expérimentations pourraient être menées dans d’autres gares SNCF.

Lors de son passage, le Premier ministre a tenu à apporter son soutien à la proposition de loi du député Gilles Savary qui va être examinée avant Noël par le Parlement et qui devrait « permettre aux agents de sécurité de la SNCF et de la RATP de pouvoir fouiller les bagages. » Cette loi permettrait aux personnels internes de sécurité de SNCF et de la RATP de procéder à des palpations de sécurité et à la fouille des bagages, avec l’autorisation des passagers. Si besoin, ils pourront faire intervenir des policiers.

Le député Savary, à l’origine de cette proposition de loi, précise que le but n’est pas de « transformer les agents en officiers de police judiciaire (OPJ). Le texte permet aux services de sûreté d’être plus efficaces sans franchir de ligne rouge. Il faut que ce soit très clair pour ne pas introduire d’éléments démagogiques. »

En cas de refus de se soumettre à un contrôle, le député précise que les passagers pourront se voir refuser l’accès au train, être débarqués ou remis à la police.

Sources : Europe 1, Libération – Crédit Photo : Kevin.B [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Tags:

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2394 articles sur le blog de KelBillet.

Un commentaire

  1. ouigo said dit :

    La fouille de bagages, la palpation et contrôles d’identité font partie des prérogatives de l’état de même que l’utilisation de la violence dite légitime. Tout transfert de ce pouvoir vers des personnes travaillant pour des sociétés privées, est donc illégitime, quelque soit le mandat et le contexte; car les corps de sécurité de l’état sont soumis à des règles dont ne sont pas soumises les sociétés privées (déontologie, confidentialité, serment, etc…) même si ces sociétés s »en réclament d’une manière opportune d’ailleurs.En plus qui garantit la fiabilité du gardien privé en opération de contrôle d’un passager (existence de lien de parenté, favoritisme, revanche ou conflit privé, corruptibilité,ou même complicité éventuelle); situations qui ne peuvent exister dans un corps de l’état.
    Ceci sans parler du regard intrusif d’un employé privé dans les bagages du passager. Imaginons une jeune fille dont les bagages comportent nécessairement ses objets intimes (culottes, string,et éventuellement un gadget érotique)

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *