left arrowAccueil blog

SNCF : les différents dispositifs envisagés pour assurer la sécurité

Comme nous vous l’avons annoncé fin décembre, des portiques de sécurité ont été installés en gare de Paris Nord et en gare de Lille-Europe afin de contrôler les passagers empruntant les trains Thalys. A l’occasion de son passage sur RTL dans le cadre de l’émission « Grand Jury » dans laquelle il a évoqué les tarifs 2016, le président de SNCF en a profité pour évoquer les autres outils qui seront déployés afin d’assurer la sécurité dans les gares et dans les trains.

 

Pas de portiques sur les trajets nationaux (pour le moment)

Interrogés par les intervenants présents sur le plateau du « Grand Jury » sur la possibilité de voir des portiques de sécurité déployés sur des trajets nationaux, Guillaume Pepy a indiqué vouloir « regarder comment ça se passe et ensuite il faudra prendre d’autres décisions. » Ségolène Royal, ministre de tutelle des Transports, aimerait voir ces portiques déployés à grande échelle mais le président SNCF a confirmé qu’ils ne sont « pas la panacée » d’autant plus que ces portiques coûtent chers : 2,5 millions d’euros par an et par quai.

Guillaume Pepy précise ne pas croire en une solution miracle et que la SNCF a aujourd’hui « trois filets de sécurité: la présence humaine, les nouvelles technologies et la vigilance de tous ».

 

Pouvoirs renforcés pour les agents de sûreté ferroviaire

Nous l’évoquions début décembre, les agents de la sûreté ferroviaire vont voir leurs prérogatives renforcées grâce à la loi Savary. Ils auront ainsi la possibilité de circuler en civil avec leur arme à bord des trains et aurons également le droit de procéder à des fouilles des bagages et à des palpations de sécurité. 3 500 cheminots composent actuellement la sûreté ferroviaire et sont aidés dans leurs tâches par les militaires.

 

Nouvelles technologies au service de la sécurité

Outre les portiques de sécurité, SNCF va investir dans des machines renifleuses pour les colis suspects. Chaque mois, 300 bagages sont abandonnés dans les gares SNCF et occasionnent 50 000 minutes de retard. Afin de limiter cela, cette nouvelle machine devrait permettre de regarder dans le colis suspect s’il s’agit « plutôt des vieux vêtements ou quelque chose qui inquiète ». Une centaine d’engins devrait être achetés prochainement après leur homologation.

SNCF compte également sur la vidéo-patrouille, « c’est-à-dire suivre un certain nombre de personnes dont le comportement paraît un peu bizarre pour savoir s’il y a lieu de s’inquiéter ou pas » indique Guillaume Pepy. Il s’agit pour cela d’utiliser les 31 000 caméras de surveillance présentes dans les gares couplées à des logiciels qui analysent « le changement de température corporelle, le haussement de la voix ou le caractère saccadé de gestes qui peuvent montrer une certaine anxiété » précise Stephane Volant, le secrétaire général de SNCF.

Avant toute généralisation de ce dispositif, la compagnie devra obtenir l’aval des préfectures mais aussi s’assurer être en règle avec la CNIL. L’organisme précise d’ailleurs qu’elle se penchera sur « le bilan de l’expérimentation et du cadre juridique précis avant toute généralisation ».

 

La sécurité : l’affaire de tous

Le président de SNCF a conclu en précisant que le troisième volet de la sécurité dans les gares et dans les trains était l’affaire de tous. « On a tous des yeux et des oreilles. Il y a un numéro d’alerte national, qui est le 3117. Tout le monde peut l’utiliser. Il y a même un numéro SMS qui est le 31177 ». En cas de comportement suspect, il est donc recommander de contacter ces numéros dont les opérateurs analyseront la gravité de la situation avant d’engager les actions nécessaires.

Sources : RTL, Le Monde, La Croix, Le Figaro, Next INpact

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et la rédaction, j'interviens auprès de KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2816 articles sur le blog de KelBillet.

Un commentaire

  1. francine dit :

    pfffffffff quand on signale des soucis on se fait rembarrer ou les agent ont (à juste titre) peur et ne s’en mélent pas !!!!!! c’est honteux

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *