left arrowAccueil blog

SNCF veut des TGV autonomes d’ici 2023

Alors que la Chine a dévoilé un train ne nécessitant ni rail, ni chauffeur, SNCF travaillerait de son côté sur des trains autonomes. Ce projet devrait d’abord être testé d’ici 2019 sur les trains de fret comme l’a confié Alain Krakovitch, directeur général de l’activité Transilien : « nous allons tester les premiers trains de fret « drones » fin 2019. Le guidage sera assuré de l’extérieur par télécommande. » Le train sera équipe de capteurs pour anticiper les obstacles et déclencher un freinage d’urgence en cas de besoin.

 

Objectif 2023 pour les TGV

A compter de 2021, l’expérimentation des trains autonomes devrait être effectuée sur les TER notamment pour la mise en place dans les gares. D’ici 2022-2023, la compagnie ferroviaire aimerait mettre en place des trains semi-autonome entre Paris et le Sud-Est de la France. La circulation de TGV semi-autonomes serait facilitée car ces trains circulent sur des voies dédiées avec du matériel homogène. Matthieu Chabanel, directeur général adjoint de SNCF Réseau, précise : « Sur la grande vitesse, on vise l’automatisation au sens pilotage automatique comme dans les avions. Dans les avions, vous avez toujours un pilote, fort heureusement, mais vous avez un système de pilotage automatique. »

Si le train autonome voit le jour, SNCF ne compte pour autant pas se passer de conducteurs à bord des TGV. « Un train, ça va circuler sur une ligne à grande vitesse, sur 1 000 km, et vous avez beau avoir des clôtures, on est dans un milieu complètement ouvert avec des arbres, des animaux, des personnes, qui peuvent entrer dans les emprises. Et donc, on a besoin d’un conducteur pour gérer toutes les situations perturbées » rassure Matthieu Chabanel.

 

Améliorer la cadence des trains

En mettant en place ces trains autonomes ou semi-autonomes, Alain Krakovitch indique qu’il sera possible d’avoir « jusqu’à 25% de trains en plus sur une ligne avec des trains autonomes parce que ces trains optimiseront les séquences de freinage et d’accélération, ce qui permet d’augmenter le nombre de trains. » Ainsi, un train pourrait passer toutes les 108 secondes au lieu des 180 secondes actuelles.

Sources : Les Echos, France TV Info, Huffington Post – Crédit Photo : Taxiarchos228 (Own work) [GFDL or CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

Tags: ,

A propos de l'auteur : Alexandre de KelBillet

Alexandre de KelBillet

Passionné par le web et le journalisme, j'ai rejoint KelBillet comme rédacteur web. Amoureux de la Bretagne, de Londres et de la Moselle, je suis un adepte des transports en commun pour m'y rendre. Signe particulier : je sais mieux me repérer à Londres qu'à Rennes, ma ville natale.

a écrit 2123 articles sur le blog de KelBillet.

Laisser un commentaire

Merci de répondre à cette question pour valider votre commentaire *